Quartiers : Ménilmontant

Ce quartier tout en contrastes dissimule au-delà des immeubles modernes de charmants îlots de verdure, dont le plus remarquable est incontestablement l’étonnant cimetière du Père Lachaise.

perelachaise.jpg
Cimetière du Père Lachaise

Avant son annexion à Paris en 1860, Ménilmontant était un petit village des faubourgs appartenant à la paroisse de Belleville. Son nom viendrait de « Mesnil mau temps » (maison du mauvais temps), transformé en « montant » au XVIe siècle à cause de sa situation en pente. Cette dénivellation fut mise à profit dès le XIIe siècle par des moines qui canalisèrent peu à peu les ruisseaux grâce à un réseau complexe de collecteurs et d’aqueducs, ponctué de « regards » dont on peut voir un exemple rue des Cascades. Le village se situait à l’extérieur du mur des fermiers généraux et le vin n’y était pas soumis à l’octroi, taxe sur les marchandises entrant dans Paris. Pour cette raison, des guinguettes s’y installèrent au XVIIIe siècle, ancêtres des nombreux cafés qui parsèment aujourd’hui cet endroit cosmopolite. Les parisiens du siècle des lumières aimaient y flâner et certains se faisaient construire des « folies », maisons de campagne sur le modèle italien, dont le pavillon Carré de Baudoin est le seul témoignage ayant survécu.

carré de baudoin.jpg
Pavillon le Carré de Baudoin

Particulièrement dynamique en ce qui concerne la création contemporaine, le quartier regroupe de véritables collectifs d’artistes plasticiens, musiciens ou comédiens qui se produisent dans les « caf’conc’ » de la rue Oberkampf ou du boulevard de Ménilmontant. Les petits immeubles ouvriers ont été peu à peu remplacés par des constructions modernes, mais les boutiques exotiques, les ateliers d’artistes et les terrasses de bistrots préservent le caractère populaire du « Ménilmuche » chanté par Maurice Chevalier. En 1951, ses rues typiques avaient servi de décor au film « Casque d’Or » avec Simone Signoret.

willy ronis.jpg
Willy Ronis – De la rue de Ménilmontant à la petite ceinture

Quelques îlots préservés offrent une promenade bucolique, comme le passage des Soupirs, les villas de l’Ermitage et Saint-Fargeau dont les maisons ont conservé leurs jardins, leurs treilles et leurs rosiers.

Villa godin.JPG
Villa Godin

A voir :

Cimetière du Père Lachaise Google Map
Villa Godin, 85 rue de Bagnolet Google Map
Villa et cité de l’Ermitage, 12 rue de l’Ermitage Google Map
Villa Saint-Fargeau, 25 rue Saint-Fargeau Google Map
Cité Leroy, 315 rue des Pyrénées Google Map
Pavillon Carré de Baudoin, 119 rue de Ménilmontant Google Map

mesnager_menilmontant_450.jpg
Jérôme Mesnager – C’est nous les gars d’Ménilmontant – 1995 – 74 rue de Ménilmontant

Report This Post

3 Comments

  1. Willy Ronis a sans doute pris les plus belles et signifiantes photos de ce quartier populaire et magique. Belleville, juste à côté, qu’on devine dans le brouillard au fond sur la photo de Ronis est tout aussi passionnant à découvrir de la rue Julien Lacroix, aux Folies en passant par la rue Dénoyez…

    Report This Comment

Les commentaires sont fermés.